Après la France et les Pays-Bas, l’Irlande a dit non !

Publié le par Pour la République Sociale

Les Irlandais viennent de rejeter par référendum à une très large majorité le traité de Lisbonne, ce soi-disant «traité simplifié» qui n’était qu’une présentation différente de l’ancien projet de Constitution européenne.
Les manoeuvres des chefs d’État européens pour contourner la volonté populaire des Français et des Néerlandais ont échoué.
Les dirigeants européens qui ont refusé de tenir compte du «non» que nous avons massivement et démocratiquement exprimé en 2005 reçoivent une gifle terrible, tout particulièrement Nicolas Sarkozy et tous ceux qui ont empêché que le nouveau traité soit soumis au vote des Français.
La preuve est faite que l’Europe néolibérale qui privatise les services publics, encourage le dumping social et s’aligne militairement et diplomatiquement sur les États-Unis est massivement rejetée par les citoyens.

Une autre Europe est désormais possible et nécessaire. Pour cela il faut changer de méthode et il faut changer de contenu.

Une Europe par le peuple : il n’est plus possible que
des gens qui n’ont pas été élus à cet effet écrivent des Constitutions en notre nom, que les décisions essentielles soient prises par des instances non élues (Commission, Banque Centrale Européenne…), que notre vote lors des élections européennes n’ait aucun effet sur les politiques de l’Union Européenne.
Une Europe pour le peuple : l’Europe doit enfin défendre les intérêts du plus grand nombre en luttant contre la pauvreté, en développant un modèle social assurant l’égalité, en protégeant ses travailleurs, en défendant ses services publics, patrimoine de ceux qui n’en ont pas.
Le «non» des Français en 2005 a ouvert la voie à une autre Europe. Les Irlandais ont empêché les dirigeants européens coalisés de la refermer.
Nous exigeons que le «non» de la France, des Pays-Bas et de l’Irlande soit cette fois respecté. Nous dénonçons la volonté affichée par Nicolas Sarkozy et son gouvernement de contourner le «non» irlandais et nous appelons les citoyens à se mobiliser pour y faire échec.

Publié dans prs69

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article