Sarkozy abandonne la France à la crise économique: Le faux plan de relance comparé à un vrai plan de développement écologique et social

Publié le par Pour la République Sociale

Il n’y a pas de plan de relance

N. Sarkozy, avait annoncé un « plan de soutien massif à l’activité économique ». Discours massif, mais plan chétif, pire même : inexistant (voir le détail plus bas). Les 26 milliards annoncés (1,3% du PIB) seraient déjà insuffisants et quatre fois inférieurs à ce qu’entreprennent les chinois et les américains pour soutenir leur économique (5% du PIB). Le plus gros poste du plan de relance (11,5 Md) consiste seulement à rembourser les dettes de l’État quelques mois plutôt que prévu, ce qui ne changera strictement rien à la situation nette des entreprises.

 

Le second poste de ce plan (10,5 Md) prévoit l’avancement de projets d’investissements dont au moins la moitié ne peuvent raisonnablement être mis en chantier dès 2009. Les mesures en faveur du logement (1,6 Md) n’auront pas d’effets sensibles avant deux ans et restent dérisoires par rapport aux besoins (70 000 nouveaux logements au lieu des 300 000 par an aujourd’hui nécessaires, sans parler du déficit en crèches, en centres d’hébergement d’urgence, en infrastructures sportives, culturelles et de service public dans les banlieues, etc.).

Reste quelques centaines de millions de cadeaux pour les ménages qui ont encore les moyens de s’endetter pour acheter une voiture, ou aux entreprises qui ont encore assez de clients pour embaucher. Et enfin, la portion congrue pour les chômeurs et les bénéficiaires des minimas sociaux.

Au total et au mieux, l’économie française bénéficiera en 2009 d’un soutien public limité à 5 ou 7 Md (0,25% à 0,35% du PIB), une goutte d’eau dans l’océan de la crise économique ; 15 à 20 fois moins que la relance engagée aux États-Unis ou en Chine ! 

 Scandale social et erreur économique : Sarkozy oublie le pouvoir d’achat et la consommation

 En 2007, N. Sarkozy se présentait aux Français comme le « Président du pouvoir d’achat ». Aujourd’hui, on sait qu’il est le « Président du pouvoir de la tchatche ». Plus son discours se fait républicain et keynésien et plus il redistribue le pouvoir d’achat des salariés aux détenteurs du patrimoine et des plus hauts revenus. Plus il défend la « valeur travail » et plus il soutient les revenus du capital.

Le gouvernement sait trouver tous les milliards d’euros nécessaires pour sauver les banques et les marchés financiers responsables de la crise, mais il ne consent aucun effort significatif pour défendre le pouvoir d’achat et l’emploi des salariés victimes de la crise. Il ne consacre qu’un vingtième de son soi-disant plan de relance à distribuer une maigre obole aux travailleurs privés d’emploi. Rien pour les salaires ! Rien pour la modération des loyers prohibitifs dans le secteur privé ! Rien contre les taux d’intérêts usuraires imposés par les banques aux ménages surendettés.

Au scandale social, s’ajoute l’erreur économique la plus grossière. Déjà, avec le paquet fiscal de 2007, la droite gaspille 15 Md par an, à gonfler les revenus des plus riches (bouclier fiscal, exonération des successions, etc.) et à rendre les heures supplémentaires moins onéreuses que les heures ordinaires. Ce dernier mécanisme est particulièrement pervers en période de récession : il incite les entreprises à licencier et à réduire l’emploi, quitte, en cas de besoin, à reporter une surcharge de travail sur les salariés. Le seul moyen de soutenir rapidement l’activité économique consiste à soutenir le pouvoir d’achat, l’emploi, et la consommation des salariés aux revenus modestes ou moyens. Non content de ne rien faire en ce sens, le gouvernement maintien un mécanisme d’incitation au licenciement, et supprime par dizaines de milliers les emplois dans les services publics.

L’analyse du soi-disant « plan de relance »

- 11,5 Md€ de trésorerie avancée en 2009 aux entreprises : hormis quelques centaines de millions d’intérêts éventuellement économisés par les entreprises, aucun effet net sur leurs moyens financiers.
- 10,5 Md€ d’investissement dans les infrastructures (4 Md€ Etat, 4 Md€ entreprises publiques, 2,5 Md€ collectivités territoriales) : simple avancement de projets déjà décidés et dont les délais de mise en œuvre renvoient leurs effets réels sur la fin 2009 ou sur 2010.
- 1,6 Md€ pour le logement (doublement du prêt à taux zéro, 70.000 logements supplémentaires) : les professionnels de l’immobilier n’en attendent aucun effet avant 2010-2011.
- 220 millions d’euros pour une « Sarkozette » (prime à la casse de 1000 € pour les véhicules de plus de 10 ans) : comme la « balladurette » et la « jupette » en leur temps, n’aura qu’un effet d’aubaine limité à court terme, et un effet de recul du marché automobile au moment de sa suppression.
- 700 millions d’euros pour l’exonération des cotisations sociales sur les embauches au niveau du SMIC, soit 180 € par mois, dans les entreprises de moins de 10 salariés : effet d’aubaine pour les employeurs qui auraient embauché de toute façon, les autres ne recommenceront à embaucher qu’avec le retour de la croissance.  
- 500 millions d’euros pour améliorer la prise en charge du chômage partiel : la portion congrue pour les premières vraies victimes de la crise, les salariés !
- 760 millions d’euros pour une prime de 200 euros aux allocataires de minimas sociaux en mars prochain : la charité au lieu de l’emploi, l’aumône plutôt que la hausse des salaires et, comble de la provocation, même pas tout de suite mais dans 4 mois !
- 0 euros pour la simplification de l’accès aux marchés publics. On baisse la garde en matière de contrôle des conditions d’attribution des marchés publics, ce qui ouvre la voie au favoritisme clientéliste ou crapuleux mais ne change strictement rien au volume des commandes aux entreprises.
- Au total : à peine plus de 2 Md€ (0,1% du PIB !) sûrs pour 2009 (4 dernières mesures) et peut-être 5 à 7 Md€ en tout selon la rapidité de mise en chantier des investissements publics. Soit au mieux de 0,25% à 0,35% du PIB, c'est-à-dire rien ! 


Pour un vrai plan de relance écologique et social

Le Parti de gauche entend construire et proposer un projet alternatif de développement axé sur le progrès de l’égalité sociale, le rééquilibrage du partage des revenus au profit du travail, une fiscalité plus progressive et plus juste, la planification écologique du financement et du développement de l’économie, la priorité donnée à la qualité des liens sociaux et des services publics plutôt qu’à l’accumulation privée de marchandises et de capital, la substitution de la coopération internationale à la guerre économique. Les mesures proposées pour la relance sont commandées par l’urgence et ne saurait suffire à entamer la mise en œuvre de cet alter-développement. Mais la relance, nécessaire tout de suite pour sortir le pays de la crise provoquée par les politiques néolibérales, doit s’inscrire dans cette conception républicaine, écologique et sociale du progrès. La sortie de crise pourrait être cette occasion d’ores et déjà manqué par la droite d’engager la France sur la voie d’un nouveau progrès humain.


Mesures d’urgence pour soutenir le pouvoir d’achat

- Abrogation du paquet fiscal et redistribution fiscale des 15 Md d’euros libérés au profit des 60 % des ménages les moins riches, avec un taux de redistribution d’autant plus élevé que le revenu est faible.
- Indexation de la hausse des loyers sur la hausse des salaires.
- Droit automatique de transformation des crédits « revolving » en prêt personnel à taux plafonné (prélude à une réforme structurelle du crédit à la consommation).
- Conditionnement de toutes les aides publiques aux entreprises (y.c. exonération de charges) à la conclusion d’un accord salarial en 2009.
- Augmentation du SMIC, compensé par l’Etat en 2009 et 2010, dans les PME qui maintiennent l’emploi.

Mesures d’urgence pour soutenir l’activité des entreprises

- Plan de garantie des crédits aux PME
- Un plan de l’ordre de 100 Md d’investissements publics sur deux ans, qui combine soutien de l’activité, politique sociale (logement) et écologie :

* Rénovation écologique du parc de logements sociaux
* Mise en chantier de 300 000 logements par an
* Remplacement progressif du parc automobile des collectivités publiques par des véhicules propres (électrique ou hybrides)
* Rénovation des établissements publics d’enseignement
* Construction de crèches, de maisons des jeunes, de centres d’hébergement d’urgence
* Comblement du déficit en crèches publiques
* Rénovation du réseau ferroviaire et développement d’infrastructures pour le ferro-routage
* Extension règlementaire des exigences en matière de recyclage et aide à l’investissement privé dans ce secteur
* Recherche et développement des énergies nouvelles

Mesures d’urgences pour éviter la montée du chômage

- Arrêt des plans de suppression d’emplois publics
- Création d’emplois pour combler les déficits patents dans les services publics (hôpitaux, éducateurs spécialisés, police de proximité, tribunaux, inspection du travail, etc.)
- Autorisation administrative préalable des licenciements économiques pour éviter les plans sociaux purement préventifs destinés à maintenir la rentabilité financière.
- Surtaxation des bénéfices distribués dans les entreprises qui réduisent le nombre de salariés employés.


 Jacques Généreux. Secrétaire national à l'économie au Parti de gauche

http://www.lepartidegauche.fr/

Publié dans prs69

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article